#5: Devrais-je culpabiliser si je rêve d’un sac en crocodile ?

Le sac en crocodile  — un dégât ou un bénéfice pour la sauvegarde de l’espèce?

* N.B. Tout ce qui est indiqué ci-dessous se réfère aux articles en peau de crocodile ; toutefois ces informations valent aussi pour les articles en peau de python. Les principes et les idées sont assez semblables.

Imaginez un sac chic en peau de crocodile exposé dans la vitrine d’une boutique de mode en centre ville. Comment vous sentez-vous en la regardant ? Enthousiaste de son exclusivité et pris d’une envie soudaine de l’acheter ? Gêné à cause de l’utilisation de la peau d’un animal exotique? Ou bien complètement indifférent? Avez-vous déjà entendu parler du Cites ?

Mais qu’est-ce qu’a à voir un sac en croco avec le CITES ? Et surtout qu’est-ce que cela a à voir avec moi ?” –  Vous demanderez-vous, et vous avez raison parce-que ce lien, même s’il est direct et immédiat, n’est pas une évidence et familier pour beaucoup d’entre nous.

Pourtant, c’est grâce au respect des normes du CITES que l’achat de ce sac non seulement ne détruira pas l’environnement mais aussi stimulera la croissance de ces animaux dans leur habitat naturel.

Vous n’y croyez pas ? Pourtant c’est vraiment comme ça ! Voyons ensemble comment ça fonctionne.

Sac en crocodile marron fabriqué à la main

 Le principe clé.

Le but principal du CITES est la sauvegarde de l’écosystème naturel de notre planète.

Le CITES a le but de garantir que le commerce international d’exemplaires de plantes et d’animaux sauvages et dérivés ne menace pas leur survie, en faisant tout son possible pour éliminer le commerce illégal et assurer la durabilité et la sauvegarde des espèces en question.

Soutenir le système signifie le rendre stable, transparent et contrôlé dans le temps. L’utilisation ponctuelle du système permet non seulement de réduire les dégâts mais aussi de protéger l’espèce.

Qu’est-ce que c’est le CITES ?

Logo du CITES - Convention

Le CITES (CITES, Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora) est la Convention de l’ONU “sur le commerce international des espèces en voie de disparition”.

La décision de fonder le CITES a été prise en 1963 pendant la réunion des membres de l’IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Le texte de la Convention a été validé pendant la réunion des représentants des 80 Etats présents à l’époque à Washington le 3 mars 1973. Le CITES entre en vigueur le 1er juillet 1975.

À aujourd’hui les Etats qui ont rejoint cet accord international sont 183.

Environ 35 000 espèces d’animaux et de plantes sont sauvegardées grâce au CITES. Parmi ces espèces : crocodiles, alligators, pythons et anacondas.

Il est donc évident qu’il y a un lien direct entre un sac en peau de croco et le CITES.

D’accord, mais qu’est-ce que j’ai à voir avec le CITES ? Pourquoi est-il si important que je le connaisse ? Pourquoi je n’en ai jamais entendu parler avant ?” Si vous vous posez au moins une de ces questions, ce que vous lirez ci-dessous vous sera sans doute utile.

Tout d’abord nous devons vous expliquer pourquoi cette convention est aussi importante.

En effet, le résultat des évènements futurs se verra grâce à la compréhension correcte de ce thème et vous serez en mesure d’évaluer si la production et l’achat d’un sac endommagera ou apportera des bénéfices aux espèces protégées par le Cites.

Ceci dit, recommençons à partir du début.


Pourquoi cet article a-t-il été écrit?

L’accord CITES prévoit que tous les participants respectent rigoureusement toutes les règles et toutes les normes. Pour cette raison le consommateur final (c’est à dire probablement vous, en tant qu’acheteur d’un article en peau exotique) peut penser qu’il n’y a pas besoin d’en savoir plus à ce sujet. Le temps et notre expérience comme producteurs et revendeurs d’articles en peau exotique nous ont cependant démontré que cela ne fonctionne pas exactement ainsi.

Si nous souhaitons créer un système transparent et légal, il faut renseigner tous les participants de la chaine, surtout l’acheteur du produit.

Et cela devient encore plus essentiel étant donné que de nombreux articles provocateurs et choquants commencent à faire leur apparition sur Internet e d’après nous, non seulement ils n’aident pas à sauvegarder la nature mais ils créent aussi une certaine gêne, ce qui suscite des émotions de haine et de colère chez les lecteurs.

Aujourd’hui, plus que jamais, il est très important d’affronter ce problème consciemment en disposant de tous les renseignements nécessaires.

Pour cette raison nous vous invitons à consacrer un peu de temps à la lecture de cet article et nous vous suggérons de réfléchir sur le thème du CITES.

Qui participe à cette convention?

Tous ceux qui d’une certaine façon sont liés à un article protégé par le CITES (comme dans notre cas les sacs en peau de crocodile) : à partir des habitants locaux, chasseurs et éleveurs, qui sont constamment en contact avec ces animaux dans leur habitat, jusqu’aux transporteurs et vendeurs de peau, aux producteurs d’articles en peau exotique aux revendeurs et distributeurs de ces articles, et enfin jusqu’à arriver au consommateur du produit final.

Dans la convention il est écrit que : “Peuples et Etats sont et doivent être les meilleurs gardiens de la propre faune et flore sauvage”.  Cela signifie que chaque pays détermine le statut et les conditions de ces espèces sur le territoire de façon responsable, en les contrôlant et en les surveillant.

Puisque le commerce des animaux sauvages et leurs dérivés traversent les frontières, l’obéissance aux règles de la convention et le contrôle de leurs activités requiert la collaboration internationale.

Tous les membres qui adhèrent à la convention sont obligés de respecter les règlements dans leur activité de commerce international. En outre, l’adaptation des lois internes sur la base des normes du Cites est considéré comme expression de bonne volonté de la part de chaque pays.

Qu’est-ce qui est important de comprendre d’après nous?

Les animaux exotiques utilisés dans la production des articles comme par exemple le sac en peau de croco ne se trouve pas en Russie, en France ou en Italie (d’où nous sommes en train d’écrire cet article et où nous produisons nos produits).

Imaginez-vous combien de pays une peau exotique traverse-t-elle avant d’être exposée dans les vitrines des boutiques sous forme de produit fini? S’il s’agit d’un article réalisé en Italie, ces pays sont au moins trois : le pays d’origine de l’animal, l’Italie et le pays dans lequel le produit fini est vendu.

La peau de l’animal exotique passe la douane au moins quatre fois : la première dans le pays d’où la peau est exportée, la deuxième fois en Italie quand la peau entre dans le pays, la troisième fois quand le produit final sort de l’Italie pour être transporté dans le pays où il sera ensuite vendu, la quatrième fois quand il arrive dans le pays de destination.

Le Cites présume qu’un contrôle complet advienne à chaque traversée de frontière, qui comprend la présentation des papiers necessaires, le paiement des taxes, l’application des règles de traçabilité de l’espèce du pays d’origine jusqu’à celui de l’acheteur.

Tout ceci ne se passe qu’en théorie parce-que la réalité est différente et le “fil” du suivi peut se perdre longtemps avant.

Pourquoi cela? A cause de la non application des règles, de la volonté de s’échapper des taxes superflues. Parfois, c’est à cause de l’ignorance. Et c’est justement ça que nous, avec votre aide, pouvons changer.

Sac pour femme en python e crocodile


Comment fonctionne la convention?

Les pays qui font partie de la convention définissent l’état et le niveau de prélèvement des animaux et des plantes de la nature, veillent au contrôle et à la surveillance pour garantir l’utilisation durable et prévenir la menace d’extinction.
Les données obtenues sont transmises au secrétariat du CITES.
La liste des espèces qui doivent être réglementées s’effectue pendant la conférence et est divisée en 3 catégories qui correspondent aux 3 annexes de la convention :

Dans l’annexe n°1 on y trouve les espèces d’animaux/de plantes en voie de disparition. Donc dans la plupart des cas leur commerce est rigoureusement interdit.

 Dans l’annexe n°2 on y trouve les espèces d’animaux/ de plantes qui ne sont pas en voie de disparition actuellement mais qui doivent être constamment contrôlées et pour lesquelles, au moment de la commercialisation, des quotas bien définis doivent être respectés.

Dans l’annexe n°3 on y trouve les espèces d’animaux/ de plantes qui sont réglementées dans la juridiction de chaque pays.

Dans notre exemple spécifique, crocodiles, alligators et pythons se trouvent en général dans l’annexe n°2 donc, pour la plupart du temps, ils ne sont pas en voie de  disparition même si le commerce de ces espèces est tout de même réglementé avec des quotas et rigoureusement contrôlé.

Expliquons le sens des annexes de façon plus simplifiée.

Si dans un pays spécifique une des espèces est incluse dans la liste de l’annexe n°1, le commerce de celle-ci est bloqué. La même espèce dans d’autres pays, ou bien une espèce semblable dans ce pays ou autres pays, peut se trouver dans l’annexe n°2. Dans ce dernier cas l’offre de cette espèce, en contrôlant rigoureusement le quotas et en surveillant les conditions des espèces dans la nature, couvre la demande du marché, obtient le profit économique et permet de maintenir la reproduction et le développement de l’espèce dans les pays où celle-ci se trouve dans l’annexe n°1.

Pourquoi tout cela est-il important?

Supposons que pour une raison quelconque le CITES n’existe plus ou n’est plus en vigueur. Quel en sera l’effet? La question pour ce type d’animaux/plantes restera la même mais il n’y aura plus les lois, les organes de contrôle et les mesures spéciales destinées à la protection de ces espèces.

L’interdiction du commerce d’une espèce qui occupe le rôle central dans l’économie d’un pays quelconque amène à une qualité de vie et à un niveau de développement économique bien plus bas. De plus cela favorise le braconnage et le commerce illicite. Ainsi plusieurs espèces sont chassées dans leur environnement naturel en risquant la voie de disparition.

Au contraire la préservation de chaque espèce peut être obtenue en introduisant des programmes innovants qui prévoient que l’argent gagné du commerce soit destiné à financer des mesures de protection comme la lutte contre le braconnage et la la garantie d’une meilleure condition de vie à la population locale.

Référons nous aux sources officielles.

“Le commerce international de la flore et de la faune sauvage est une industrie globale qui soutient la vie de nombreuses personnes dans le monde entier. A partir du moment où la gestion est écologique et rationnelle, le commerce peut stimuler les espèces et conserver leur habitat. Le commerce peut également devenir une source directe de revenu obtenu par la récolte et par la vente des animaux et des plantes, ou bien une source indirecte de revenu obtenu par l’intermédiaire d’autres secteurs de l’industrie liés comme tourisme, production etc…

Les gouvernements cherchent de plus en plus à améliorer la gestion des ressources naturelles et à augmenter la reconnaissance de nombreux services et d’avantages fournis par l’homme à ces espèces et à l’écosystème. Grâce à des mécanismes bien précis, en utilisant de façon rationnelle des ressources écologiques, le CITES peut jouer un rôle considérable pour le développement durable du point de vue environemental”.

(Note de l’auteur : la trduction est libre, le texte original en langue anglaise a été pris du document : CITES TRADE: RECENT TRENDS IN INTERNATIONAL TRADE IN APPENDIX II-LISTED SPECIES (1996-2010)

Revenons à notre simple exemple.

Pour comprendre au mieux les conséquences de décisions irrationnelles prenons comme exemple la chasse aux crocodiles dans une palude des Etats Unis.

Suite à des protestations des défenseurs des animaux les autorités ont introduit une interdiction  administrative sur la chasse aux crocodiles.

Ce qui a rendu la conservation et l’entretien des paludes peu intéressant, inutile et coûteux pour les propriétaires terriens de cette région. Les paludes ont donc été asséchées et utilisées d’une autre façon. Que s’est-il passé ensuite? Dans cette region non seulement les crocodiles ont disparu mais également tout l’écosystème s’est détruit et en conséquence d’autres espèces d’animaux et de plantes ont disparu.

L’exploitation des ressources naturelles, si effectué sur la base du principe de la durabilité des systèmes vivants, peut être considérée comme un instrument pour la conservation de la nature. Grâce à cette approche les avantages sociaux et économiques stimulent les personnes à préserver les ressources naturelles.” (IUCN, 2000; IUCN SSC 2012.).

(Note de l’auteur — L’ Union Internationale pour la Conservation de la Nature (en anglais : International Union for Conservation of Nature and Natural Resources, IUCN) — est une organisation non gouvernementale internationale qui s’occupe des problèmes de conservation de la biodiversité de la planète).

Sac à main en alligator noir

Qu’est-ce que cela signifie?

Si les règles, les normes et les lois du CITES sont respectées, le commerce légal sous contrôle non seulement ne détruit pas la nature mais représente également la meilleure stratégie disponible du moment, en visant la conservation des espèces animales menacées de disparition.

Cela signifie que la question est aussi directement liée au participant final de la chaine, c’est à dire au propriétaire d’un produit réalisé avec l’utilisation d’une espèce protégée par le CITES et aussi à un futur acheteur. Dans notre cas ce produit est un sac en peau de crocodile.

La question est également directement liée, et non moins, à ceux qui sont contraires à l’utilisation de la peau exotique pour la production d’articles.

Tirons les conclusions.

Combien est-il important d’être renseigné sur le CITES?

Ce thème est sans aucun doute important pour toute personne intéressée à la conservation de notre planète et à la participation active de ce processus.

A qui tout cela est-il nécessaire?

Il est obligatoire pour les participants de ce processus : pour les acheteurs et les consommateurs d’articles réalisés avec l’utilisation des espèces protégées par le CITES, et aussi pour ceux qui sont contraire à des productions de ce genre.

Alors faut-il culpabiliser de rêver à un sac en peau de croco? Les espèces animales se détruisent-elles ou pas?

Non naturellement, à condition qu’il existe une approche responsable. Maintenant que vous savez ce qu’est le CITES et comment cette convention prend soin de la nature, il vous est plus facile de faire un choix réfléchi. Que pouvez-vous faire? L’action la plus simple est celle de demander au vendeur du produit si les documents du CITES sont disponibles. Mais il faut savoir que le vendeur n’est pas obligé d’avoir ces documents avec lui et qu’il n’est pas obligé de les montrer. Mais, croyez moi, si cette question sera posée de plus en plus souvent, le vendeur se sentira mal à l’aise et tôt ou tard il fera tout son possible pour être informé sur ce thème. Il y a beaucoup de problèmes liés au CITES. Il y a encore beaucoup de travail à faire et tout cela dépend de chacun de nous, d’une approche responsable envers ce thème. Les exemples de ces problèmes sont : complications quand les espèces (et les dérivés) sont traçés dans le commerce, contrôle de l’éxécution des accords, traitement respectueux des animaux dans les élevages crées pour la conservation des espèces sauvages. Il y a des problèmes certes et ils doivent être résolus de façon sérieuse et responsable, en nous rendant compte que nous sommes tous impliqués, même de façon indirecte. Je vous conseille d’approfondir ce thème pour en tirer les bonnes conclusions.

Notre opinion en tant que producteurs et exportateurs en contact constant avec la peau exotique et comme responsables de la préparation de la documentation CITES est la suivante : le commerce légal et le respect rigoureux des normes de la convention CITES n’est pas seulement la meilleure mais est aussi l’unique stratégie disponible du moment pour la conservation des espèces en voie de disparition.

Sac à main en crocodile beige

Matériel conseillé comprendre au mieux le thème :

https://cites.org/

CITES TRADE: RECENT TRENDS IN INTERNATIONAL TRADE IN APPENDIX II-LISTED SPECIES (1996-2010) Sixteenth meeting of the Conference of the Parties Bangkok (Thailand), 3-14 March 2013

THE CALL OF THE WILD: captive crocodilian production and the shaping of conservation incentives . TRAFFIC International July 2006.

Improving International Systems for Trade in Reptile Skins based on Sustainable Use. UNCTAD/DITC/TED/2011/7

THE TRADE IN SOUTH-EAST ASIAN PYTHON SKINS

Структура процесса CITES, позволяющего сделать вывод о ненанесении вреда природным популяциям в ситуации трофейной охоты, с аргали (Ovis ammon) в качестве основного объекта анализа. A TRAFFIC REPORT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *